Le design circulaire

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » écrivait le chimiste et philosophe français Antoine Lavoisier en 1789. Il s’était en fait inspiré de la maxime du philosophe grec présocratique Anaxagore qui annonça, plus de deux-mille deux-cents ans avant lui, que « rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau. »

« Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau. »

Si l’on devait résumer en deux maximes ce que représente l’économie circulaire, Lavoisier et Anaxagore pourraient aisément être des ambassadeurs de choix. Car c’est là le but ultime de cette branche de l’économie profondément inspirée des cycles de la nature : maintenir chaque chose, chaque produit, dans un cycle de vie sans fin, en renouvellement sans cesse, en ayant recours à des produits réutilisés et réutilisables. A la fois économique et écologique, cette vision neuve de l’économie s’est enracinée dans notre société et dans nos sciences en nourrissant, en premier lieu, une nouvelle façon de concevoir le monde : le design circulaire.

Agence référence de la pensée design thinking, il paraissait logique qu’IDEO, représenté par le designer de génie Tim Brown, fasse évoluer d’un cran la matière en affirmant que « the next big thing in design is circular ».

Si on considère que le Design Thinking prône que toute innovation doit être désirable par le client, faisable techniquement et viable économiquement, le design circulaire lui rajoute une nouvelle brique : la circularité. Le fait de designer des services ou produits qui prennent en compte les principes de l’économie circulaire et qui ont donc réutilisables et recyclables.

recyclage visuel carton

Grâce au design circulaire, nous modifions le mode de consommation actuel de nos produits. Le cycle de vie de produit est pris en compte dans la réflexion dès le début : de la création, à l’utilisation, en passant par son recyclage et sa réutilisation.

Ainsi, la prise en compte du recyclage des produit dès le début permet de réduire les coûts et les dépenses énergétiques.  Mais sachez que l’intérêt premier du design circulaire est surtout écologique.

Une autre dimension est au centre du design circulaire : c’est l’utilisation du produit dans son environnement en d’autres termes la prise en compte de  l’économie circulaire, qui signifie que chaque produit doit garder ses racines dans un écosystème. Donc chaque produit a une influence sur les autres produits. Ainsi le designer doit comprendre non pas que les utilisateurs du produit mais aussi l’environnement dans lequel son produit va être utilisé.

Qu’est-ce que l’économie circulaire ?

  • Recyclage : Transformer les composants d’un produit en matières premières
  • Réutilisation : Réutiliser le produits ou certains composants dans la création d’un nouveau produit
  • Éco-conception : Concevoir un produit pour qu’il soit réparable, réutilisable et recyclable
  • Écologie industrielle : Mutualiser les besoins et valoriser les déchets
  • Economie de fonctionnalité : Privilégier l’usage d’un produit à sa possession
  • Réemploi : Prolonger la vie d’un produit en le donnant ou le revendant
  • Réparation : prolonger la vie d’un produit en remplaçant les pièces défectueuses

Revenons au design circulaire, de concert avec la Foundation Ellen MacArthur, l’agence l’IDEO a mis au point un ensemble d’étapes pour insuffler et appliquer le design circulaire à travers quatre principaux préceptes : Comprendre, Définir, Créer et Développer.

Etape 1 – Comprendre

Impossible de passer à la pratique si la théorie n’est pas acquise. C’est la même chose pour le design circulaire. La pratique doit d’abord passer par une compréhension fine des matériaux disponibles, des principes fondateurs de l’économie circulaire et des possibilités sociales, économiques et sociétales qu’elle permet.

Enfin, comprendre la Nature elle-même est un fondement essentiel, car le but du design circulaire n’est pas seulement d’être ergonomique, mais de recopier quasiment ce que la Nature fait de mieux (notion de bio-mimétisme).

1- Comprendre les flux circulaires et avoir une vision intérieure : je dois comprendre les modes de conception d’une économie circulaire pour pouvoir y intégrer mon produit ou mon service et savoir quels sont les matériaux qui sont utilisés dans les produits de tous les jours.

2- Pensée régénératrice et apprendre de la nature : je dois explorer les opportunités sociales, culturelles, naturelles et celles du capital humain mais aussi apprendre de la nature.

3- Changement de service : je réoriente la pensée des produits vers les services au travers des besoins sous-jacents

Etape 2 – Définir

Passée l’étape de la compréhension, l’étape de la définition tend à aborder le cœur plus « business » de la méthodologie. Cela passe par définir les objectifs clairs et précis du projet tout en définissant une stratégie qui engagera vos parties prenantes et respectera les principaux de la circularité des produits. Le business model et la promesse de marque devront également être tranchés au plus tôt à l’aide de l’équipe que vous aurez également définie.

Etape 3 – Créer

Etape à la fois technique et complexe, la création vous engage à faire preuve d’empathie envers vos futurs utilisateurs et d’idéation en imaginant les idées qui pourront répondre à leurs besoins de façon circulaire. C’est dans cette étape que vous devrez choisir méticuleusement les matériaux pour votre prochain prototype tout en gardant à l’esprit les principes circulaires que vous souhaiterez mettre en avant. Créer un prototype rapide et efficace, à l’instar d’un MVP, sera la pièce maîtresse de cette étape avant le développement.

Etape 4 – Développer

Le prototype une fois prêt, vous devrez vous assurer que celui-ci est dans sa forme la plus finale et la plus prête pour être utilisée par les utilisateurs pour une phase de test initiale.

Partant de ce premier lancement, il vous faudra imaginer de nouveaux partenariats capables de renforcer votre produit et son efficacité. Il faudra également envelopper ce même produit d’une histoire capable d’engager l’utilisateur et toute partie prenant pour pouvoir également engager toute votre entreprise dans la pensée design thinking. L’itération étant la clé de toute réussite, il vous faudra apprendre chaque jour cesse pour améliorer votre produit et lui apporter une plus-value toujours plus forte.

Loin d’être une méthodologie de niche, le design circulaire a déjà été appliquée par certaines grandes entreprises. C’est le cas de la marque de prêt-à-porter Patagonia qui a mis au point un service de réparation et de rénovation des vêtements appuyé notamment par un storytelling engageant et innovant.

Plus au cœur des matériaux bruts, l’entreprise de biomatériaux Ecovative a également développé une nouvelle forme d’emballage en mycélium, qu’on peut également appeler « racines » de champignon. Ces emballages, à la fois bon marché, abondants et facile à produire, se décomposent dans la nature pour devenir du compost et nourrir les organismes aux alentours.

Enfin, l’entreprise technologique Philips a mis au point avec l’architecte Thomas Rau un « système de paiement à la lumière » permettant aux architectes non plus de payer pour les ampoules et les luminaires, mais pour la lumière elle-même. Philips assurant ainsi l’entretien des appareils pour éviter qu’ils ne soient jetés inutilement.

 

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

Vous avez des questions ? Parlons-en !

Article FFA

Le design thinking: la méthode décrite avec précision

LIRE