Etudes de cas

Projet Design Thinking: comment créer une communauté de bénévoles impliqués chez EwenLife ?

Par 2 juillet 2019 septembre 19th, 2019 Aucun commentaire
Contexte

Ce projet a été réalisé dans le cadre du programme Design Thinking Bootcamp, par la promotion de juin 2019, en partenariat avec l’association EwenLife Rare Deases, association qui aide les patients atteint de maladies rares à sortir de l’isolement.

Qu’est-ce qu’ils ont fait ?

Afin de répondre à cette problématique, nos Bootcampeurs ont utilisé la méthode du design thinking. Une méthode centrée sur l’humain que nous déclinons en 5 étapes.

  • L’empathie : se mettre à la place de sa cible
  • La définition : trouver le vrai problème
  • L’idéation : trouver la solution au problème
  • Le prototype : donner vie à la solution
  • Test : Repartir sur le terrain pour tester le prototype & réitérer 
L’ASSOCIATION PARTENAIRE
RECHERCHE TERRAIN

La présentation de l’association par Estelle a intéressé les participants qui semblaient pour la plupart peu connaisseurs des enjeux liés aux maladies rares. Ils sont partis sur le terrain sans préjugés exprimés, mais nous verrons par la suite qu’ils avaient – évidemment, comme tout le monde – plusieurs idées préconçues sur le bénévolat. 

Ils ont pu rencontrer des anciens bénévoles mais aussi des bénévoles actuels de manière ponctuelle ainsi que des malades. Le but étant pour les bénévoles de comprendre ce qui les avait attiré dans l’association pour donner de leur temps, et de leur énergie, le rythme de leur contribution ainsi que la façon dont ils voyaient l’association. Rencontrer des malades atteints de maladie rare a également été un élément essentiel pour comprendre le parcours de vie d’un malade: des premiers symptôme à la découverte du diagnostic jusqu’à son quotidien avec la maladie (qu’est ce qui a manqué comme information pratique au malade, à quel moment et sur quel thématique: médical, juridique, administratif, etc.).

Suite aux entretiens, il est vite apparu que les participants partageaient un fort préjugé quant aux motivations des gens à faire du bénévolat. 

Ainsi, il y aurait les « bons » ou « vrais » bénévoles qui agissent gratuitement, par altruisme, sans attente d’un retour, et « les autres » qui ne semblaient pas mériter l’appellation «bénévole » parce qu’ils s’attendent à une forme de rétribution (montée en compétences, rencontre de nouvelles personnes) et/ou mettent en avant leurs contraintes personnelles (notamment temps disponible jugé insuffisant). Une heure plus tard nous avons reçu une bonne preuve de ce travail de réflexivité, puisque sur les quatre Persona construits, tous avaient intégré tout ou partie de ces vilaines caractéristiques que sont: l’intérêt, l’attente d’un retour ou la mise en avant de ses contraintes personnelles.

LES MOTIVATIONS AU BÉNÉVOLAT

1- La reconnaissance : être

2- Agir : faire 

3- Identification 

4- Apprentissage

5- Appartenance

LES FREINS AU BÉNÉVOLAT

1- Pour certain, il y a un rejet du bénévolat car ils n’en voient pas l’utilité

2- La contrainte de la disponibilité, qui est récurrente

3- Il y a des personnes déçue et frustré d’expérience passées 

4- Les dernières contraintes sont liées aux attentes des personnes qui souhaitent possiblement faire parti d’une association

#1 – Comment accompagner Jeannette pour la remotiver à devenir bénévole chez EwenLife, après avoir vécu une mauvaise expérience de bénévolat ?

Teste tes super pouvoirs !

Imaginez  la sensation de solitude que peuvent avoir des personnes qui sont atteintes d’une maladie dont on connaît à peine, voir pas, les symptômes. Ça c’est le quotidien de près de 3 millions de personnes en France, qui sont atteintes de maladies rares. 

Notre approche ça a été de dire: ce qui est rare a une valeur, et donc une force. Notre objectif c’est de motiver un maximum de personnes à s’engager dans ce sens, pour en faire des bénévoles. 

Notre solution c’est l’empathie, et nos moyens sont le jeu, le fun, le challenge… et tout ceci est résumé dans cette boîte.

FFA_formation_design_thinking_DB3
FFA_design_thinking_formation_DB3_projet
FFA_design_thinking_formation_DB3_projet_1
FFA_design_thinking_formation_DB3_projet_4

#2 – Comment créer un parcours du bénévole flexible pour Jean-Xavier, dans le but de lui permettre de mettre en avant ses compétences et savoir-faire, pour allier vie de famille et besoin d’apprentissage ?

La flexibilité, l’apprentissage et l’appartenance

On va aborder maintenant la problématique qui concerne le maintien de l’engagement. Il faut savoir que l’engagement (je ne vais pas vous apprendre ce que c’est), ça nous concerne tous. On l’a en amour, on l’a au travail, dans la politique… Moi encore, en janvier, je me suis engagé dans une … salle de sport. Au bout d’un mois, j’ai lâché, parce que “flemme”, “fatiguant”, “parce qu’il faisait froid en janvier”. 

Je me suis dit STOP et je ne me suis plus ré-inscris. 

Ce que je veux dire, c’est que l’engagement ça concerne aussi le bénévolat.

Souhaites-tu commenter cette publication ?

treize + trois =